Chronique n°6 : Nous les menteurs, E.Lockhart

Nous les menteurs,

E. LOCKHART

Une belle et distinguée famille.
Une île privée.
Une fille brillante et brisée, un garçon politiquement passionné.
Un groupe de quatre amis, les menteurs, dont l’amitié se révèle destructrice.
Une révolution. Un accident. Un secret.
Mensonges sur mensonges.
Le véritable amour.
La vérité.

Nous les menteurs. Je vous en avait parlé dans mes objectifs du mois comme un véritable coup de coeur. Je ne voulais pas faire ma chronique trop vite, de peur de laisser l’excitation prendre le dessus et de ne pas être juste. Des semaines sont passées et pourtant le coup de cœur est toujours présent. Pourquoi ?  Pour un milliers de petites raisons, que je vais essayer de vous transmettre sans en révéler trop sur le livre.

« C’est si bon d’être aimé, même si ça ne dure pas. C’est si bon de savoir que notre histoire a existé. »

Nous les menteurs, c’est l’histoire de Cadence. C’est l’histoire d’un groupe d’amis. C’est l’histoire d’une famille. Du moins, c’est ce que laisse entendre le résumé du livre. Mais c’est bien plus que ça. C’est surtout l’histoire d’un secret enfoui. Malheureusement, je ne peux pas en parler sans vous gâcher le plaisir du livre. Je vais donc me taire et vous laisser en profiter.

« Il n’y a même pas de mot au Scrabble pour décrire à quel point je me sens mal. .»

J’ai adoré ce livre. C’est aussi simple que ça. Je l’ai ouvert et je ne l’ai plus quitté. Je l’ai lu en une journée. Pour être honnête, je l’ai dévoré. On s’attend à une lecture estivale, à une petite histoire d’amour aux odeurs de sable chaud et de monoï. On se laisse bercer par le cadre enchanteur, par les parfums du jardin et les odeurs du repas familial. Et puis, doucement, on se rend compte des fissures émergeant sous les apparences. On lit, on s’attache, on rit et puis, sans faire attention, on se retrouve bouleverser par une histoire qu’on pensait être basique.

EXTRAIT :

« Bienvenue chez la splendide famille Sinclair.
Chez nous, il n’y a pas de criminels.
Pas de drogués.
Pas de ratés.
Les Sinclair sont sportifs, beaux, sveltes. Nous sommes une vielle fortune. Nous sourires sont étincelants, nos mentons carrés, nos services de fond de court agressifs.
Qu’importe si les divorces nous lacèrent le cœur au point que notre pouls se débat. »

MA NOTE :

Véritable coup de cœur. Courrez l’acheter et lisez-le !

★★★★★

Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’est ce que vous en avez pensé ?

Votre personnage préféré ? Vos citations ? Dites-moi tout !

2 réflexions sur “Chronique n°6 : Nous les menteurs, E.Lockhart

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s